Parentage & Portage

#1 Pourquoi nous avons porté, nous portons et nous porterons.

«Arrêt devant l'auberge» d'Adrien van den Velde. Musée des Beaux-Arts de Leipzig.
«Arrêt devant l’auberge» d’Adrien van den Velde, 17ème. Musée des Beaux-Arts de Leipzig.

Le portage, voilà un mot qui résonne chez les parents depuis des générations pour certains, de façon nouvelle pour d’autres. C’est aussi le coeur d’un débat animé entre les parents, les professionnels, les associations, les « pour » et les « contre », les petits et les grands, les fins et les plus gros. Bref, tout le monde en parle et chez Loutandoujig, MaMm & Papapot’ en discute plus que de raison, le pratique et le critique depuis quelques temps déjà.

Sans vouloir être académique, un peu d’Histoire permet de poser le décor et fort est de constater que les scientifiques, biologistes ou encore chercheurs en Sciences Humaines et Sociales, nous apportent des explications rationnelles, nous rapportent des expériences (plus ou moins tirées par les cheveux diront certains) , mais qui permettent au moins à chacun de se faire une opinion, une idée, de confirmer ou d’infirmer ses ressentis, ses avis sur ses propres expériences.

Au cours de son évolution l’Homme a acquit la position bipède. En revanche,  le bassin des femmes ne s’est pas élargi à mesure que l’espèce a évoluée et que le cerveau des hommes s’est développé. Aussi, pour que l’enfant naisse mature, c’est à dire avec le cerveau quasiment totalement développé, il devrait rester bien au chaud pendant plusieurs mois mais l’accouchement des femmes seraient naturellement impossible! (vous imaginez… ). C’est pourquoi le bébé arrive dans un état d’inachèvement et de prématurité, il a besoin du contact et de la chaleur physique pour grandir tout contre sa mère, en corps à corps et en peau à peau avec sa mère et son père. C’est la grossesse ex-utéro.

Réflexe d'agrippement ou Grasping. Crédit photo: Ilan Ginzburg http://www.murblanc.org/
Réflexe d’agrippement ou Grasping. Crédit photo Ilan Ginzburg http://www.murblanc.org/

En outre, le biologiste allemand Hassenstein élabora dans les années 70 une classification des types de bébés animaux présents dans la nature. Dans cette classification il y a les « portés » qui sont caractérisés par un réflexe d’agrippemment au niveau des mains et des pieds pour s’accrocher sur leur mère et ainsi poursuivre leur développement après la naissance. L’homme fait parti de la catégorie des « portés » tout comme le kangourou.

De tout temps, les Hommes ont portés leurs petits. L’archéologue et préhistorien anglais Timothy Taylor nous rapporte de ses recherches que dès la préhistoire, les Hommes portaient déjà les petits à l’aide d’un morceau de peau de bête afin de les protéger des prédateurs tout en ayant une grande liberté de mouvement. En effet,  au cours de son évolution, l’ Homme prend la position debout et se retrouve confronter à un problème : comment transporter les petits qui ne peuvent plus s’accrocher comme le faisaient leurs ancêtres et les primates sur le dos de leurs mères ? Là, l’Homme inventa le premier porte-bébé pour pouvoir se déplacer avec ses enfants.

le portage avec le pagne africain. http://leportagedesbb.canalblog.com
le portage avec le pagne africain.
http://leportagedesbb.canalblog.com

Aussi, de l’antiquité à nos jours, il existe des modes de portages différents dans le monde selon la région, les habitudes et coutumes locales, le mode d’alimentation et le rythme des enfants. On remarquera que les indiens pratiquaient davantage l’emmaillotement et utilisaient des berceaux tandis que le portage en corps à corps à l’aide d’un tissu était plus répandu sur le continent africain, en Asie et en Amérique du sud. Quoiqu’il en soit nous retiendrons que de tout temps les enfants ont été portés puisque les hommes devaient se déplacer que ce soit pour travailler ou voyager.
En occident, après le moyen-âge, un premier bouleversement apparaît dans le mode de vie proximal des bébés  puisqu’ils sont de plus en plus confiés à des mères nourricières, de fait les enfants dorment peu à peu dans des berceaux. L’emploi de nourrices est d’abord un privilège des classes aisées mais cela va se démocratiser puisqu’il était recommander de laisser le soin de nourrir bébé à des nourrices pour que la mère ne vieillisse pas avant l’âge.
Au 19ème siècle deux nouveaux éléments viennent bousculer la pratique du portage des bébés.  C’est à cette époque que la reine Victoria adopte le landau. A partir de cette période, cet objet deviendra le symbole de la richesse et de la réussite sociale. Il n’est plus question de porter les bébés lorsque l’on appartient à un certain rang, mais il est préféré de s’offrir les services d’une mère nourricière et un landau pour les promenades à la cour. Le portage devient là de plus en plus rare et il reste surtout associé aux couches pauvres de la population. De plus,  à cette même époque, apparaît la notion d’hygiénisme qui modifie les pratiques de puériculture : on déconseille le bercement et on veut » former » les mères à leur rôle en leur expliquant « les bonnes pratiques » et les techniques de puériculture pour soigner leurs enfants.

maternité revue guérir n180 1-12-1950
Dossier « LA MATERNITE N’ABIME PLUS LA FEMME » ! Revue « Guérir » pour le salon de l’enfance. N°180 du 1er décembre 1950.

Le 20ème siècle sera le siècle des contrastes : d’abord les années 50 qui voient apparaître le lait infantile, associé à l’émancipation des femmes qui travaillent de plus en plus et passent moins de temps avec leurs enfants. Aussi, les méthodes de puériculture et d’éducation favorisent une certaine distance avec les enfants au risque de trop les « gâter » et de ne pas les rendre autonome si on les materne. Mais 20 ans plus tard, dans les années 70,  il y a un regain d’intérêt pour le bébé et l’allaitement au sein. Le bébé est considéré comme un sujet à part entière grâce aux travaux et publications de Françoise Dolto ou encore Jean Liedloff (auteure célèbre du livre « le concept du continuum : à la recherche du bonheur perdu »). Cela signe un retour du portage, d’un portage physiologique issu d’un mélange de cultures. Ainsi, le portage et le maternage vont se développer de nouveau et progressivement en Europe, en Allemagne ainsi qu’aux Etats-Unis. Les écharpes de portage apparaissent, ainsi que leurs dérivés, les Slings (écharpes courtes utilisées avec un anneau, sans nouage). C’est d’ailleurs à cette époque qu’apparaissent en Allemagne les premières écharpes porte-bébés, les fameuses écharpes Didymos dont raffole la maison Loutandoujig.

Enfin, chez MaMm & Papapot’, ses explorations scientifiques sont venues conforter nos propres sensations lorsque Loutandoujig est née.Le portage nous apparaissait évident, nous étions naturellement attirés par ce besoin  d’être en contact le plus possible avec notre fille. Ce qui nous semblait naturel gagnait en évidence dès lors que nous nous intéressâmes aux réponses apportées dans l’Histoire et les sciences humaines autour de la question du portage des bébés. Depuis la naissance de Loutandoujig, le portage s’est  installé comme une pratique centrale dans notre quotidien et nous le pratiquons toujours avec une tendresse infinie. Nous pensons même que c’est un merveilleux outil transitionnel lors des périodes difficiles ou des changements dans nos vies, que ce soit l’angoisse de la nuit qui tombe chez le tout petit, le peau à peau qui calme et réchauffe, le contact précieux et rapproché quand Loutandoujig est malade, le déménagement, le départ d’un de nous, une épreuve familiale, une entrée à la crèche… Le portage, c’est une affaire de famille, de fratrie, de partage, de rencontres et c’est surtout plein d’amour.

Nous nous retrouverons bientôt dans un nouvel billet autour des bienfaits du portage pour le développement physique, psychologique et social des bébés. A ce titre, rappelons nous une dernière théorie, ou plutôt une définition, celle de la santé selon L’Organisation Mondiale de la Santé, « la santé est un état complet de bien-être physique, mental et social (…) ». Ainsi, nous verrons que le portage est un outil unique pour la bonne santé de nos bébés.

Yes! Just make your choice! régalez-vous sur leur site : http://www.didymos.de/en/
Les fameuses écharpes DIDYMOS! yes, just make your choice… http://www.didymos.de/en/
Publicités

9 réflexions au sujet de « #1 Pourquoi nous avons porté, nous portons et nous porterons. »

    1. Merci Mélina pour le partage de notre article! Ce premier volet a pour but de dresser un peu le décor autour de l’histoire du portage et de ce que nous apprenons à travers les travaux des chercheurs sur cette pratique qui semble, de fait, des plus naturelles pour l’Homme!
      Bientôt un prochain article sera publié sur les bienfaits du portage pour les bébés mais aussi leurs parents à l’occasion de la semaine internationale du portage le 5 octobre!

      J'aime

  1. He! Presque 700 partages! Un vrai succès cet article!
    Ici mon premier contact avec le portage, c’est dans les Andes peruviennes. C’est là que j’ai appris a faire mon 1er nœud avec un manta. Je n’étais pas encore maman.
    Merci pour cet article enrichissant!

    J'aime

  2. Merci pour cet article riche en histoire.
    Merci de rappeler aux personnes qui portent que non, nous ne sommes pas des hippies.
    Merci de rappeler aux personnes extérieurs qu un bébé a des besoins de portages, d écoute et d attention maximales, que l on ne fait pas mal lorsqu’on l a avec nous plutôt que de le laisser pleurer pour lui « faire les poumon ».
    Merci de nous conforter, nous en tant que parents.
    Merci pour cet article, merci ça me fait vraiment du bien de lire tout ça !

    Belle journée !

    J'aime

    1. Merci mélodie pour ton message qui fait chaud au coeur! Et qui donne un courage de fou dans cette aventure de parents et pour la rédaction d’articles chez Loutandoujig MaMm! Belles aventures à nous tous porteurs! A très vite pour d’autres articles. 🙂

      J'aime

  3. Je suis une jeune « Grand-Mère » et grâce à ma fille et sa jolie petite princesse, j’ai découvert le portage en écharpe.
    Un petit peu déconcertée au début, avec cette grande écharpe… mise sur le ventre… passée dans le dos… sur les épaules… et ce petit bout’chou au milieu de tout ça… mais j’ai vite adhéré car la petite est en contact « douceur et chaleur » !!
    Et puis après une journée chez la Nounou, quand Maman rentre chez elle avec son petit Bout’chou enveloppé dans son écharpe… c’est un moment de retrouvaille,de partage, de tendresse, ou l’une et l’autre y trouve son compte!
    Le portage apporte aux parents et aux enfants des moments privilégiés que j’aurais aimé connaitre pour mes enfants.
    Portez  » haut les cœurs »!!!!

    J'aime

    1. Merci Gaby pour ce beau témoignage! cela fait chaud au coeur quand nous nous rendons compte que le partage du portage séduit toute la famille! Et c’est avec tendresse que nous pensons aux vôtres et à l’ouverture d’esprit dont vous faites preuve dans cette belle aventure dde la naissance d’une grand-mère moderne… 😉 VIVE LES JEUNES (et les moins jeunes) GRAND-MERES QUI NE SONT PAS DES RABATS-JOIE!
      D’ailleurs le portage est aussi une affaire de famille! A vous, jeune grand-mère de porter vos petits enfants et de développer avec eux, à votre tour, cette relation si douce et magique que procure le portage des bébés et des bambins! Je partage votre très belle conclusion, « Portons haut les coeurs » et en famille s’il vous plaît, parents, grands-parents, frères et soeurs: Portons et partageons!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s