Parentage & Portage

#2 Pourquoi nous portons bébé : Les bienfaits du portage pour des bébés et des parents sereins.

DU COTE DES BÉBÉS :
Le portage permet de passer d’un monde aquatique à un monde aérien tout en douceur :
Quand l’enfant vient au monde, il n’a pas conscience de son existence propre. C’est un processus long et une acquisition qui passe par de nombreuses étapes durant les 2 premières années de vie.

Comme un poisson dans l'eau.
Comme un poisson dans l’eau.

En naissant le bébé a perdu ses limites, celles qui lui étaient connues dans l’enveloppe utérine à laquelle il était rattaché et où tous ses besoins étaient satisfaits sans demande. Aussi, cette formidable union aquatique avec la mère qui le protégeait de la pesanteur et des agressions extérieures se termine avec la naissance. Et parce qu’il n’a pas encore la capacité de reconnaître les limites de sa propre enveloppe corporelle, le nourrisson est sujet à des angoisses dites « archaïques ». Selon le célèbre, psychanalyste, pédiatre et psychiatre britannique Winicott, « le nouveau-né est toujours au bord d’une angoisse que nous ne pouvons imaginée ». Une d’entre elle est celle du « morcellement », c’est-à-dire que le bébé peut être anxieux à l’idée de sentir son corps (dont il n’a pas encore une image construite d’un point de vue psychique) ne plus faire qu’ « un », il se sent comme « éparpillé ».

Le réflexe de Moro
Le réflexe de Moro

Cette crainte étant accentuée par les réflexes archaïques, comme celui de « Moro » où le bébé est soudainement surpris par ses bras qui se mettent en croix. Toutes ces angoisses et notamment celle du « morcelement » sont souvent responsables de crises de pleurs chez les tout-petits.  Alors l’écharpe de portage devient miraculeuse, celle-ci va « contenir» le bébé, serrer son corps contre celui de son porteur et ainsi le bébé se sentira « rassemblé », il pourra alors s’apaiser.

Besoin de sentir
Besoin de sentir « rassemblé »

L’emmaillotement, encore très utilisé dans certaines cultures permet de lutter contre cette même angoisse. Dans l’intervalle entre la naissance et la conscience de son enveloppe corporelle, il n’y a que le contact avec le corps de la mère et du père qui peut reconstituer la douceur et l’apaisement du nid utérin. C’est le temps de la grossesse ex-utéro que nous avions abordé dans ce premier billet consacré au portage.

Porter bébé pour accompagner ses pleurs:

Quand bébé pleure, il a besoin de nous.
Quand bébé pleure, il a besoin de nous.

D’une part, quel est l’objectif des pleurs ? Les recherches sociologiques et ethnologiques nous démontrent que les pleurs servent à créer une relation étroite entre le bébé et son parent dans une situation émotionnelle intense du point de vue du bébé. Dans nos sociétés occidentales, le parentage est plus distant que dans celui des sociétés plus primitives. De fait, d’après le Dr Gremmo-Feher, les pleurs intenses, souvent appelés « pleurs du soirs » ou « coliques », peuvent parfois susciter l’évitement au lieu de créer chez l’adulte le besoin de renforcer l’attachement et la proximité avec son bébé. Les pleurs dits du « soir » parce qu’ils ont généralement lieu tous les jours au crépuscule, sont là, comme les autres pleurs, pour provoquer la proximité et la réassurance de la mère ou du père. D’autre part, certains chercheurs tendent à expliquer ces pleurs selon ces deux éclairages : la volonté de nos bébés de nous montrer que ce monde qui va vite n’est pas celui pour le quel il est né, telle une sorte de mémoire ancienne de l’humanité qui jaillirait le soir venu ou encore ces pleurs seraient une initiation au rythme circadien (la journée qui fonctionne en 24h avec un temps de jour et un temps de nuit). Cependant, ce qui diffère « ces pleurs » des autres dans le discours commun, ce sont leur intensité et l’impuissance que rencontrent les parents à apaiser leurs bébés malgré leurs consolations. Alors nous cherchons en vain des réponses organiques, des pistes digestives, il nous faut à tout prix un responsable de ces crises. Peut-être que c’est là que nous faisons fausse route et que nous avons besoin de nous rappeler ceci : ces pleurs sont universels et existeront quoique nous fassions, ils sont aussi le résultat d’un développement normal du bébé, réjouissons-nous de cela. La seule réponse se situe dans la gestion de ces pleurs et dans l’interprétation que la société en fait. Mais il est évident que c’est un long travail que de développer une prise de conscience collective quant à la normalité de ces pleurs et au besoin primordial de les accompagner. La durée des congés maternités, l’isolement des parents dans nos sociétés occidentales et la connotation des pleurs par la société nous conduisent à avoir une vision négative de ces pleurs et nous frustrent. Là encore, le portage est de nouveau un « outil » de choix : des études ethnologiques telles que celle du Dr Barr chez les bébés  Kun

Tribu KUNSAN ou KOISAN
Tribu KUNSAN ou KOISAN

San (dans une ethnie de chasseurs cueilleurs du désert Kalahari, entre le Bostwana et la Namibie) démontrent qu’avec un maternage proximal et des bébés portés plus de 80% du temps dans le dos de leurs mamans, les pleurs sont beaucoup moins intenses et durent moins longtemps. Avec le portage, la mère développe une relation très étroite avec son petit et elle est en mesure de répondre aux besoins de son enfant dès les premiers signes. De plus, le portage permet au bébé d’évacuer ses tensions musculaires à l’aide des balancements du corps du porteur. Ces deux éléments conjugués, le bébé est plus serein au quotidien et ses pleurs sont moins intenses. Le portage peut nous aider à passer le cap de ces pleurs « du soir » durant les premiers mois de la vie. N’oublions pas que de ne pas répondre à ceux-ci rapidement peut simplement favoriser et intensifier les pleurs contrairement aux idées-reçues occidentales Enfin, déculpabilisons nous ! Il y a des jours où il est dur de gérer cela car nous manquons du soutien communautaire et familial, parce que notre vie occidentale est une vie à toute allure où l’on accumule stress et sur-stimulations. La communauté et la famille élargie n’est plus notre schéma sociétal et pourtant nous devons nous occuper de ces petits êtres qui naissent à la vie pareils à nos ancêtres avec des stimulations et des exigences supplémentaires. Toute la famille est « victime » de cette évolution et de ce que celle-ci implique au quotidien, y compris vous, y compris le petit-dernier. Alors gardons courage et confiance en nous.

Les écharpes Néobulle
Les écharpes Néobulle

Portons nos bébés pour les rassurer dans ces moments douloureux que sont les pleurs, portons les plus encore pour amenuiser ceux-ci. Enfin, je me permets de partager avec vous une de mes petites astuces pour gérer les pleurs certains jours et éviter d’être au bord de l’épuisement : n’hésitez pas à utiliser des Boules-Quiès pour préserver votre capital patience et sérénité ! Cela peut paraître étrange à certains, mais ne vaut-il mieux pas une mère avec des Boules-Quiès qui porte son petit et le rassure puisqu’elle reste ancrée et sereine plutôt qu’une mère à bout de nerf, épuisée par l’intrusion physique que peuvent provoquer les pleurs et qui finit par laisser son bébé pleuré seul ? Parce que la magie de ces petites boules d’oreilles, c’est de vous permettre d’assurer parce que vous ne vous sentez pas « envahi » à votre tour par l’intensité des pleurs et de l’angoisse qui traverse votre tout-petit. Rassurez-vous, vous entendrez bien votre bébé, mais cela permet une petite distance auditive qui donne de la sérénité et de l’énergie pour éviter la distance physique <3.

Porter permet d’aider bébé à réguler sa température corporelle :
Comme nous avons pu le voir dans un précédent billet, le bébé humain vient au monde avant d’être mature, il est le seul mammifère dans cette situation. Aussi, tant de choses sont encore inachevées et la thermorégulation en fait partie. En arrivant au monde le bébé n’est pas en mesure de réguler sa température, il est donc particulièrement vulnérable face au froid comme à la chaleur. Sa stabilité thermique va s’établir petit à petit quand il prendra du poids. En portant bébé contre nous, nous lui permettons de réguler sa température corporelle. Ainsi, en portant un bébé d’hiver, nous lui évitons d’avoir froid. Mais n’oublions pas, même si cela peut nous paraître moins logique, en portant un bébé en plein été et en veillant à lui donner souvent à boire, nous minimisons les risques d’hyperthermie et de déshydratation.

Porter bébé l'été: habillage léger, hydratation et porte bébé filet.
Habillage léger, hydratation et porte bébé filet TONGA.
Bien au chaud avec la cape Manymonth.
Cape de portage Manymonth.

Aussi, c’est en ce sens que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préconise, afin que le bébé ne tombe pas en hypothermie à la naissance, de le sécher dès son arrivée et de le poser dès que possible en peau à peau avec la mère dans le cas d’un accouchement sans complication ou bien en peau à peau avec le papa lors d’une naissance par césarienne. D’ailleurs pour l’accueil des bébés prématurés (avec de fait un très faible poids de naissance), L’OMS préconise la méthode des

Maman Kangourou, mission UNICEF.
Maman Kangourou, UNICEF

« mères-kangourous » qui portent leurs bébés en peau à peau 24h sur 24. Ainsi le bébé se thermo-régule et reste protéger d’un grand nombre d’agressions extérieures. C’est une méthode particulièrement développée par UNICEF dans des pays où l’offre médicale est réduite mais cela souligne l’importance pour tous les bébés d’être en contact étroit avec la mère ou le père dès la naissance pour son bien-être et sa bonne santé, que celui-ci soit prématuré ou non.


Le portage pour un sommeil et une digestion au beau fixe :

Très cher sommeil.
Très cher sommeil.

Qui dit sommeil dit développement, parce que c’est en dormant que nos enfants grandissent ! Et ce n’est pas qu’une phrase toute faite, une récente étude américaine prouverait le lien entre sommeil et croissance des bébés, cela venant s’ajouter à la connaissance biologique déjà acquise que l’hormone de croissance est sécrétée pendant le sommeil. Alors laissons dormir les bébés, favorisons un sommeil de qualité sans perturber leur rythmes et cela le plus tard possible ! Alors oui, certains bébés ont un sommeil tranquille et imperturbable dès la naissance, mais pour la grande majorité d’entre eux, trouver le sommeil seul est source d’une profonde angoisse. Sans compter la pression sociétale extrême quant à la fameuse expression « bébé fait ses nuits » et la foule de jugements et de conseils en tout genre qui en découlent.

Dans son couffin...
Dans son couffin…
Cododo en famille
Cododo en famille

Rappelons nous cela : la bonne façon de dormir, c’est celle qui convient à votre famille, il n’y a pas de recette miracle, il y a juste votre préférence, celle qui permet à tous un sommeil réparateur sans pleurs. Une chose est certaine et tout le monde s’accorde là-dessus, y compris les pédiatres, la place d’un bébé qui dort les 6 premiers mois de sa vie est aux côtés de ses parents que ce soit dans la chambre ou dans un couffin près de vous la journée.
Alors, qui dit sommeil facilité peut dire aussi bébé porté !  Il est si doux et aisé de s’endormir blotti tout contre celui que nous aimons lorsque nous nous sentons un peu perdu. Il est en de même pour nos bébés qui débarquent dans un monde parfaitement inconnu et à mille lieues de l’univers aquatique utérin. Imaginez donc ce que peut ressentir ce petit être pour qui tout n’est que nouveauté. Le bébé porté quant à lui, se sent en parfaite sécurité tout contre son porteur, cela lui permet d’avoir un sommeil de très grande qualité avec des micros-réveils tranquillisés par la présence du porteur.
De plus, la digestion est facilitée par la position verticale, nous le savons nous-mêmes si nous y réfléchissons un instant. Alors pourquoi la logique serait-elle différente pour un bébé ? La seule différence, c’est que bébé n’a pas les moyens physiques de se tenir par lui-même debout ou assis dans un premier temps. Les rots se font plus facilement et la digestion est souvent améliorée par le portage, notamment pour les bébés victimes de Reflux-gastro-œsophagien (RGO), bébé RGO 2c’est-à-dire avec une digestion perturbée et associée à des brûlures d’estomac avec des remontées acides visibles ou non.  Les parents de « bébés RGO » connaissent la souffrance de se sentir impuissant devant leur petit qui pleure des heures et pour qui les repas sont un calvaire, cela s’ajoutant aux nuits en « pointillés » de toute la famille. Alors le portage peut être un véritable soutien. Grâce à lui bébé est le plus souvent possible en position verticale, ce qui diminue le RGO et lui permet de trouver un peu d’apaisement et de sommeil. Du coup, c’est aussi un peu de repos pour tout le monde, physiquement et nerveusement.

Le portage pour offrir une sensation de bien-être et de réassurance :
Rappelons nous que la santé définie selon l’Organisation Mondiale de la santé réside en un « état complet de bien-être physique et mental et affectif », autrement dit la santé ne se résume pas seulement en l’absence d’incapacités physiques ou mentales, c’est une notion beaucoup plus transversale. Cela peut nous conduire à penser que les besoins primaires de nos tout-petits sont difficilement hiérarchisables malgré ce qu’a pu en penser Freud qui plaçait le besoin de se nourrir au dessus de celui de l’attachement.

John BOWBLY
John BOWLBLY

Aussi, dans notre rôle de « caregiver » (la personne qui est présente régulièrement et qui apporte différents soins à l’enfant selon le psychiatre et psychanalyste J.Bowlbly) nous devrions combler les besoins de nos enfants, que ce soit au niveau physique ou émotionnel en leur accordant la même importance.  Aussi, afin de combler le besoin de réassurance, le portage offre des sensations au bébé particulièrement apaisantes puisqu’elles étaient connues in-utéro: le rythme cardiaque, le bercement des mouvements, le balancement du corps qui marche, les vibrations de la voix, les gargouillis du corps, le contact de la peau, l’odeur de maman et de papa… Avec le portage, nous offrons aux bébés  cette grossesse ex-utéro (nous avions développé cette idée dans un précédent billet) tellement nécessaire à sa quiétude parce qu’il y retrouve de nombreux repères connus dans le milieu utérin. Cela permet au bébé de garder une sensation de continuité entre ce qu’il a connu et ce qu’il s’apprête à découvrir.

Porter pour favoriser le développement psycho-affectif de nos enfants:
citation-attachement-enfantLa proximité qu’offre le portage des bébés nous permet de mettre en lumière une des théories fondamentales de la psychologie du développement de l’enfant : La théorie de l’attachement. Aussi, prendre soin de la construction de cette relation d’attachement dès la naissance (voire même avant avec l’haptonomie) en

Haptonomie, pour en savoir plus, ici.
Haptonomie, pour en savoir plus, cliquez ici.

favorisant le contact et la proximité avec son bébé permet à l’enfant de se développer sereinement sur les plans psychiques et émotionnels.
La théorie de l’attachement « parent-enfant » formalisé par Bowlbly d’après ses propres travaux et ceux d’autres chercheurs, démontre que le jeune enfant a besoin d’un attachement fort, continu et cohérent avec au moins une des personnes qui s’occupent de lui pour se développer psychologiquement,  émotionnellement et socialement de manière normale. Cet attachement privilégié entre le parent et l’enfant va permettre à celui-ci de se construire une  figure d’attachement  et cette proximité lui permettra de se rassurer dans des situations de stress comme un changement d’habitude (même si celui-là peut paraître inaperçu voire insignifiant aux yeux d’un parent) ou encore une situation nouvelle (arrivée d’une nouvelle personne dans la maison, déménagement, changement de mobilier, changement de temps, de rythme familial, voyages, jetlag, nouvelles odeurs, …). C’est cet attachement construit lentement et avec tendresse entre le nouveau-né, puis le bébé et le parent qui va permettre au bambin d’explorer le monde avec confiance et sécurité, parce qu’il sait qu’il peut retourner vers sa  figure d’attachement  en cas de trouble ou d’inquiétude. L’enfant est alors libre d’explorer son environnement puisqu’il se sent en sécurité affective et émotionnelle.
Aussi, la notion de  continuum  expliquée par Jean Liedloff dans « Le concept du continuum : à la recherche du bonheur perdu » (1977) vient confirmer les travaux de Bowlbly et nous rappelle que  l’enfant qui naît a un besoin primordial et immense (même s’il n’est pas en mesure de conceptualiser cette idée) d’être rassuré sur ce monde qui l’entoure, sur l’amour qu’il reçoit et même sur sa propre existence.

J.Liedloff au Venézuela
J.Liedloff au Venézuela

Après 9 mois en contact permanent avec sa mère, le bébé aurait besoin de découvrir le monde au contact rapproché de ses parents et seulement lorsqu’il se sentira suffisamment sécurisé et confiant, il partira découvrir son environnement de lui-même tout en sachant qu’à tout moment il peu retrouver sa figure d’attachement, sa mère ou son père pour être rassurer. Contrairement à une idée répandue, un contact rapproché avec son enfant et un parentage proximal ne conduit pas l’enfant à un manque d’autonomie et au développement d’une attitude craintive face au monde. Bien au contraire, cet attachement favorisé par des attitudes parentales comme le portage et l’accompagnement dans une éducation positive et bienveillante vont conduire l’enfant à appréhender le monde avec assurance, sécurité émotionnelle et confiance. Autant dire que ce sont des bambins curieux et explorateurs qui voient le jour après que nous les ayons laissés grandir et se détacher de nous à leur propre rythme!

DU COTE DES PARENTS :
Porter bébé pour développer un lien fort et une écoute active :
L’arrivée d’un bébé, c’est un feu d’artifice dans la maison, tant par son éclat spectaculaire que par les vibrations de la terre sous vos pieds. Quel spectacle époustouflant que de découvrir ce tout-petit tant attendu et quelle immense inquiétude que de rencontrer ce petit inconnu et de devoir apprendre à le comprendre. Toute cette phase de décryptage est intense et le portage est encore une fois un bel allié. Avec la proximité créée par le portage nous apprenons à « cerner » notre bébé plus vite et ainsi à répondre plus facilement à ses besoins. Et quoi de plus valorisant pour le parent que de se sentir compétent dans son rôle parce qu’il arrive à satisfaire les besoins de son bébé dès les premiers signaux ? maman kangourouAvec le portage vous gagnez en confiance, surtout lors d’une première naissance, alors aucune raison de s’en priver!
De plus, le contact rapproché en corps à corps permet de créer un lien puissant, y compris pour le papa qui trouve là une place de choix dans la triade. Ce qui n’est pas toujours si évident dans une relation privilégiée mère-enfant et notamment durant l’allaitement maternel.

Porter pour se faciliter la vie, c’est tellement pratique et économique!

En JPMBB dans le métro.
En JPMBB dans le métro.

Le portage, c’est le pari gagnant de tous les parents citadins ! Adieu la poussette et le landau impraticables dans certaines villes du monde ou bien qui ne passent pas dans le métro ou les bus de ville. Avec votre moyen de portage, vous pouvez vous faufiler n’importe où.
Aussi, dans nos vies à toute vitesse, il est parfois difficile de concilier obligations diverses et longs moments privilégiés partagés avec bébé. Alors pourquoi ne pas associer le tout ? En portant bébé dans votre dos, vous libérez vos mains et vous pouvez presque tout faire tout en offrant à vous et à votre bébé cette expérience unique du portage au quotidien.  Du passage de l’aspirateur à la pédicure en passant par le trajet d’école du plus grand avec une petite pause café sur le chemin du retour, rien de plus facile, bébé kangourou dort profondément  dans sa petite cachette …

ZzzZZzzzzZZZzzz....
ZzzZZzzzzZZZzzz….

Aussi, avec une fratrie, ce n’est pas toujours évident de pouvoir accorder du temps à chacun. Comment répondre au besoin du petit dernier d’être tout contre vous tout en partageant un moment privilégié avec le plus grand ?
Avec le portage c’est encore une fois plus facile que ce que nous pouvions imaginer. Pendant que le petit dernier fait sa sieste tout contre maman ou observe tout cet univers fascinant de la maison, vous pouvez avec vos mains libres vous amusez avec le plus grand. Rassurez-vous, un bébé porté qui dort est imperturbable même lors d’une partie de jeu avec le plus grand !
D’un point de vue économique, si vous n’avez pas déjà investi dans une poussette Roll’s Royce, vous pouvez faire des économies avec le portage. En effet, pour une centaine d’euros en moyenne, vous vous offrez un moyen de portage physiologique d’excellente qualité. Celui-ci vous servira facilement jusqu’à l’achat d’une poussette 2ème âge type canne (selon si vous jugez cela indispensable) beaucoup moins onéreuse que les poussettes 1er âge qui coûtent en moyenne entre 400 et 900 pour un pack complet.  D’ailleurs, à l’occasion de la célébration du portage durant le mois d’octobre, le fabuleux site Bébé au naturel fait une offre promotionnelle pour l’achat d’un moyen de portage physio ! C’est le moment de vous faire plaisir. ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s