L'étagère des parents

Lettre symbolique à mon enfant #épuisement #bienveillance

Fatiguée, je suis fatiguée mon enfant.

Je suis épuisée de devoir continuer à te parler doucement, calmement, poliment quand toi tu me rejettes, me tapes et refuses ce qui vient de moi, même à travers des choix. J’essaie de faire de mon mieux pour t’accompagner dans la bienveillance mais je suis épuisée, fatiguée de ramer à contre sens comme si tout ce que je tentais d’accomplir avec toi n’aboutissait qu’a des larmes et de la colère avec de si rares compromis possible et l’usage de la force trop présente à mon souhait.
Burn out marie claireJ’écris parce que je ne sais pas comment faire pour vider tout ce que j’ai sur le cœur sans devenir agressive. C’est si injuste et ingrat la condition de parent. C’est comme tout donner au point de s’oublier soi-même pour ne voir un fruit pousser sur l’arbre que dans des dizaines d’années. Oui je sais que si je tiens bon, le fruit sera si beau que personne n’osera le détacher de l’arbre et nous le regarderons avec tant d’admiration et de sérénité que j’en aurais bien les larmes aux yeux. Mais en attendant, où peut-on trouver l’énergie de ce chemin? Dans des moments comme cette dernière semaine, je comprends les parents qui abandonnent et tombent dans le piège de la tyrannie et du chantage pour se sauver du naufrage. Mais je refuse de me laisser à cette facilité pour acheter ma tranquillité à défaut d’une vraie sérénité parce que je veux te donner les armes de la bienveillance, de la diplomatie, du compromis pour que tu grandisses en ayant confiance en toi et que ton empathie soit ton outil privilégié.
Mais… aujourd’hui je suis épuisée, fatiguée de tes mots exprimés dans les cris, de tes cris pour répondre à mes questions posées avec calme, de tes accès de colère et de tes tapes si légères soient-elles, elles se répètent et me sont douloureuses au delà de l’épiderme, elles touchent mon cœur. Tu es dans ton lit à cet instant, je t’y ai laissé pour que tu te reposes, je t’ai refusé une histoire en te disant que je n’avais pas envie de lire puisque j’étais épuisée que tu me parles avec des cris. Je suis partie après t’avoir bordé et je t’ai entendu pleurer, je ne suis pas venue te consoler parce que je n’en avais pas l’énergie et je suis venue ici pour t’écrire.
Maintenant tu ne pleures plus, je me demande si tu as trouvé ton calme et que tu réfléchis à mes mots qui sont les mêmes depuis plusieurs jours pour t’expliquer en vain que je ne supporte plus la façon dont tu me parles, que je t’explique que j’ai besoin que tu me parles doucement et que tu sois poli lorsque je fais quelque chose que tu me demandes comme je le fais pour toi. Je me demande si tu es en détresse et si tu as peur dans ton lit que je ne t’aime plus. Je suis fatiguée et culpabilisée comme un millier de jeunes mamans à l’heure où je t’écris. De t’écrire me fait du bien mon enfant, je n’ai pas déversé une colère sale qui aurait sali ta chambre et tes rêves du sommeil à venir, je n’ai pas encrassé mes poumons de deux vilaines cigarettes fumées comme une voleuse à la fenêtre, je n’ai pas pleuré l’absence de ton papa loin de nous, j’ai juste mis des mots et cela m’a apaisé. On appelle ça une lettre symbolique, c’est un bel outil et je voulais le partager avec vous l’équipage qui êtes sur le même bateau que moi, vous qui êtes aussi des parents.
Maintenant je me dis que tu te reposes et quand tu te réveilleras ce sera un nouveau monde et nous avancerons ensemble encore, côte à côte en tentant à nouveau de trouver une place et des mots qui nous correspondent pour grandir dans le respect des uns et des autres. Mais dieu qu’il est rocailleux ce chemin, nous y perdrons des semelles mais nous gravirons la montagne pour respirer l’air pur et frais de la montagne, comme le bol d’air d’une famille construite en harmonie. Ensemble, je te le promets nous serons plus fort que la violence aussi ordinaire soit-elle.

Je t’aime mon enfant.
Maman d'un petit koala blog

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s